Extrait de Chagrin d'école de Daniel Pennac (2007)




1. Relevez les différentes étapes du système scolaire mentionnées par Pennac dans cet extrait.
2. Relevez les différents intervenants de ce débat.
3. Relevez tous les synonymes approximatifs du verbe dire et expliquez la nuance que chacun apporte.
4. Quels sont les problèmes abordés par Pennac dans cet extrait? Qu'en pensez-vous? Avez-vous ces mêmes problèmes dans votre pays?

Écrire une lettre formelle

Production écrite, Didier (2007) propose des activités très utiles pour apprendre à rédiger une lettre formelle:
La lettre formelle

Libération: Argh, mon mec est écolo


Lisez l’article extrait de Libération et répondez aux questions qui suivent.

Argh, mon mec est écolo (Chloé Andries, 23 mai 2008)

Profitons du énième salon écolo, le bien nommé Vivez nature, pour lancer enfin un débat crucial et ô combien sous-estimé par les fous de verdure: l'amour peut-il survivre à l'écologie ? Parce que c'est bien beau tout ce tintouin sur les vertus des toilettes sèches, le miracle des couches lavables, la joie du compost au fond du jardin, mais se les farcir sept jours sur sept, tout ça parce qu'on est dingue d'un écolo convaincu, ça friserait pas le tue-l'amour parfois ?

«Bêcher». Sophie, 30 ans, vit depuis cinq ans avec un vert pur et dur. Le genre à vouloir retaper sa baraque lui-même avec des produits tellement naturels qu'il te faut environ trois ans pour faire ressembler la maison à quelque chose. Et si Sophie épouse la cause de son homme, elle avoue que le fait d'emménager dans une nouvelle maison avec jardin lui a causé quelques soucis. «Quand j'étais enceinte, on devait faire des travaux et refaire les chambres. Mais lui n'arrêtait pas de planter, de bêcher dans le jardin, sans vraiment se soucier du reste. Il regardait dehors, paniqué à l'idée de ne pas pouvoir planter ses arbres alors que le mois de plantation approchait. Moi, je lui répondais qu'il y avait le bébé qui arrivait aussi, et que j'aimerais bien pouvoir dormir ailleurs que sur un matelas, par terre au milieu des cartons à un mois de mon accouchement.»

Les soucis de travaux sont réglés, mais les détails du quotidien lui mènent parfois la vie dure. Sophie se pose donc régulièrement des questions aussi existentielles que «comment laver le four encrassé quand ton mec râle si tu utilises du Décapfour ?» ou «comment lui faire prendre conscience que tu aimerais bien garder des toilettes normales quand lui ne jure que par les toilettes sèches ?» Plus embêtant encore, son mari ne veut pas que la mère de ses enfants s'encrasse le corps avec des saloperies aussi délicieuses que les Big Mac ou les frites-fricandelle. Résultat, «quand j'étais enceinte, j'en étais réduite à me faire des Quick en cachette», explique la trentenaire.

«Ambiance». Heureusement, la jeune maman reste admirative des idéaux de son jules, et surtout, elle a une confidente, Cécile, qui a de la bouteille en la matière. Après vingt ans de vie commune avec un écolo pur jus, Cécile a des anecdotes à revendre qu'elle classe par thèmes écologiques. En tête de ses ennemis, la couche d'ozone, qui l'a presque forcée à dire adieu à l'idée de se faire des parties bronzette à la plage en amoureux. «Etienne ne supporte pas de s'exposer en plein midi, parce que c'est à ce moment que la couche d'ozone est la moins présente et qu'on se prend tous les radicaux libres. Alors faire la crêpe, j'ai presque oublié ce que c'était. A la limite, si je le tanne, il vient, mais je me retrouve à côté d'un homme enrubanné dans des serviettes, des moufles et caché derrière son chapeau. Ça casse l'ambiance.» Autre ennemi majeur de Cécile : l'empreinte écologique. Pour les nuls du rayon bio, on rappelle de quoi il s'agit. Grosso modo, dans toutes nos activités quotidiennes, nous polluons. Plus tu pollues, plus ton empreinte écologique est grande. Parce qu'elle correspond à la surface de terre et d'écosystème qu'il faudrait pour produire et assimiler tout ce qu'on pollue. Depuis qu'ils calculent la leur, Cécile et Etienne ne partent plus en vacances loin de chez eux. Vu que la voiture, ça pollue et l'avion, on en parle pas. Conclusion, ça fait des années que Cécile rêve d'un voyage en Italie, mais qu'elle n'en a jamais vu le bout de la botte, à cause de cette foutue empreinte. «Je suis complètement d'accord sur le principe, mais une fois de temps en temps, on pourrait quand même se faire un petit plaisir.» Les vacances semblent être la bête noire du couple écolo.

François, 30 ans, s'est carrément fait traîner par sa copine, pour une semaine à vélo avec un groupe de babs ultrabio. «J'avoue que c'était sympa, sauf que si eux sont habitués à manger plein de verdure, moi mon corps n'était pas vraiment rodé. Résultat tous les jours, à la fin de la journée, je piquais un sprint à vélo pour être le premier au gîte et pouvoir foncer aux toilettes. régler mes petits désordres intestinaux.» Qu'on se rassure, aucun de ces couples n'a encore été sacrifié sur l'autel de l'écologie. Parce que, tous le répètent en choeur, pour vivre avec un écolo, il faut soi-même adhérer un minimum à la cause.

«Dentifrice bio». Amélie, 29 ans, a donc lâché l'affaire, son degré d'investissement n'ayant jamais dépassé le stade du tri sélectif. Il y a deux mois, elle a rencontré Paul. «Il me plaisait bien. Mais la première soirée passée chez lui fut un désastre. D'abord il m'a cuisiné un croque-monsieur bio infâme, puis m'a fait les gros yeux parce que je fumais. Je ne parle même pas du réveil, à 6 heures du mat, à cause de ses rideaux tellement bio que toute la lumière passait à travers. Je lui ai fait la réflexion, en blaguant, et ça ne l'a même pas fait rire.» Le lendemain, Amélie a donc pris ses cliques et ses claques. Sans même passer par la case salle de bains. «Il m'a suffi de jeter un oeil sur sa pâte de dentifrice bio, pour me dire que vraiment, ça n'allait pas le faire.»


1. Cet article est destiné à…

promouvoir les actes écologiques

rendre compte d’expériences personnelles

décrire les avantages de l’écologie au quotidien


2. Expliquez l’expression « c’est bien beau tout ce tintouin sur les vertus des toilettes sèches, le miracle des couches lavables, la joie du compost au fond du jardin, mais se les farcir sept jours sur sept, tout ça parce qu’on est dingue d’un écolo convaincu, ça friserait pas le tue-l’amour parfois ? ».


3. Citez une chose que chaque personne a fait subir à son compagnon/sa compagne.

Le mari de Sophie:

Le mari de Cécile:

La copine de François:

4. Chez Paul, Amélie n’a pas aimé…

le dîner

le fait qu’il fume

le fait d’être réveillée de bonne heure

le fait qu’il trie


5. Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses et justifiez votre réponse en citant un passage du texte.

a. Quand elle était enceinte, Sophie mangeait quelquefois des hamburgers.

Vrai / Faux

Justification:

b. Cécile se fait bronzer régulièrement.

Vrai / Faux

Justification:

c. Amélie a hésité avant de continuer son histoire d'amour avec Pascal.

Vrai / Faux

Justification:


Raymond Queneau, un conte à votre façon


1. Désirez-vous connaître l'histoire des trois alertes petits pois?
Si oui, passez à 4.
Si non, passez à 2.

2. Préférez-vous celles des trois minces grands échalas?
Si oui, passez à 16.
Si non, passez à 3.

3. Préférez-vous celle des trois moyens médiocres arbustes?
Si oui, passez à 17.
Si non, passez à 21.

4. Il y avait une fois trois petits pois vêtus de vert qui dormaient gentiment dans leur cosse. Leur visage bien rond respirait par les trous de leurs narines et l'on entendait leur ronflement doux et harmonieux.
Si vous préférez une autre description, passez à 9.
Si celle-ci vous convient, passez à 5.

5. Ils ne rêvaient pas. Ces petits êtres en effet ne rêvent jamais.
Si vous préférez qu'ils rêvent, passez à 6.
Sinon, passez à 7.

6. Ils rêvaient. Ces petits êtres en effet rêvent toujours et leurs nuits sécrètent des songes charmants.
Si vous désirez connaître ces songes, passez à 11.
Si vous n'y tenez pas, passez à 7.

7. Leurs pieds mignons trempaient dans de chaudes chaussettes et ils portaient au lit des gants de velours noir.
Si vous préférez des gants d'une autre couleur, passez à 8.
Si cette couleur vous convient, passez à 10.

8. Ils portaient au lit des gants de velours bleu.
Si vous préférez des gants d'une autre couleur, passez à 7.
Si cette couleur vous convient, passez à 10.

9. Il y avait une fois trois petits pois qui roulaient leur bosse sur les grands chemins. Le soir venu, fatigués et las, ils s'endormaient très rapidement.
Si vous désirez connaître la suite, passez à 5.
Si non, passez à 21.

10. Tous les trois faisaient le même rêve, ils s'aimaient en effet tendrement et, en bons fiers trumeaux, songeaient toujours semblement.
Si vous désirez connaître leur rêve, passez à 11.
Si non, passez à 12.

11. Ils rêvaient qu'ils allaient chercher leur soupe à la cantine populaire et qu'en ouvrant leur gamelle ils découvraient que c'était de la soupe d'ers. D'horreur, ils s'éveillent.
Si vous voulez savoir pourquoi ils s'éveillent d'horreur, consultez le dictionnaire Larousse au mot "ers" et n'en parlons plus.
Si vous jugez inutile d'approfondir la question, passez à 12.

12. Opopoï! s'écrient-ils en ouvrant les yeux. Opopoï! quel songe avons-nous enfanté là! Mauvais présage, dit le premier. Oui-da, dit le second, c'est bien vrai, me voilà triste. Ne vous troublez pas ainsi, dit le troisième qui était le plus futé, il ne s'agit pas de s'émouvoir, mais de comprendre, bref, je m'en vais vous analyser ça.
Si vous désirez connaître tout de suite l'interprétation de ce songe, passez à 15.
Si vous souhaitez au contraire connaître les réactions des deux autres, passez à 13.

13. Tu nous la bailles belle, dit le premier. Depuis quand sais-tu analyser les songes? Oui, depuis quand? ajouta le second.
Si vous désirez aussi savoir depuis quand, passez à 14.
Si non, passez à 14 tout de même, car vous ne le saurez pas plus.

14. Depuis quand? s'écria le troisième. Est-ce que je sais moi! Le fait est que je pratique la chose. Vous allez voir!
Si vous voulez aussi voir, passez à 15.
Si non, passez également à 15, car vous ne verrez rien.

15. Eh bien voyons, dirent ses frères. Votre ironie ne me plaît pas, répliqua l'autre et vous ne saurez rien. D'ailleurs, au cours de cette conversation d'un ton assez vif, votre sentiment d'horreur ne s'est-il pas estompé? effacé même? Alors à quoi bon remuer le bourbier de votre inconscient de papilionacées? Allons plutôt nous laver à la fontaine et saluer ce gai matin dans l'hygiène et la sainte euphorie! Aussitôt dit, aussitôt fait: les voilà qui se glissent hors de leur cosse, se laissent doucement rouler sur le sol et puis au petit trot gagnent joyeusement le théâtre de leurs ablutions.
Si vous désirez savoir ce qui se passe sur le théâtre de leurs ablutions, passez à 16.
Si vous ne le désirez pas, vous passez à 21.

16. Trois grands échalas les regardaient faire.
Si les trois grands échalas vous déplaisent, passez à 21.
S'ils vous conviennent, passez à 18.

17. Trois moyens médiocres arbustes les regardaient faire.
Si les trois moyens médiocres arbustes vous déplaisent, passez à 21.
S'ils vous conviennent, passez à 18.

18. Se voyant ainsi zyeutés, les trois alertes petits pois qui étaient fort pudiques s'ensauvèrent.
Si vous désirez savoir ce qu'ils firent ensuite, passez à 19.
Si vous ne le désirez pas, vous passez à 21.

19. Ils coururent bien fort pour regagner leur cosse et, refermant celle-ci derrière eux, s'y endormirent de nouveau.
Si vous désirez connaître la suite, passez à 20.
Si vous ne le désirez pas, vous passez à 21.

20. Il n'y a pas de suite, le conte est terminé.

21. Dans ce cas, le conte est également terminé.

Raymond Queneau, Un conte à votre façon, in Contes et Propos, Gallimard.


CECR - Écrire

Je peux écrire des textes clairs et détaillés sur une grande gamme de sujets relatifs à mes intérêts. Je peux écrire un essai ou un rapport en transmettant une information ou en exposant des raisons pour ou contre une opinion donnée. Je peux écrire des lettres qui mettent en valeur le sens que j'attribue personnellement aux événements et aux expériences.

CECR - S'exprimer oralement en continu

Je peux m'exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets relatifs à mes centres d'intérêt. Je peux développer un point de vue sur un sujet d'actualité et expliquer les avantages et les inconvénients de différentes possibilités.

CECR - Prendre part à une conversation

Je peux communiquer avec un degré de spontanéité et d'aisance qui rende possible une interaction normale avec un locuteur natif. Je peux participer activement à une conversation dans des situations familières, présenter et défendre mes opinions.

CECR - Lire

Je peux lire des articles et des rapports sur des questions contemporaines dans lesquels les auteurs adoptent une attitude particulière ou un certain point de vue. Je peux comprendre un texte littéraire contemporain en prose.

CECR - Écouter

Je peux comprendre des conférences et des discours assez longs et même suivre une argumentation complexe si le sujet m'en est relativement familier. Je peux comprendre la plupart des émissions de télévision sur l'actualité et les informations. Je peux comprendre la plupart des films en langue standard.

Lettres ouvertes


A.
Observez ces extraits de lettres et classez-les de la façon suivante: ceux où l'auteur a essayé d'adoucir le ton (A), ceux où le ton est trop direct, voire irrespectueux (D), et ceux qui, sans être irrespectueux, marquent une intention ferme (F).


1. Afin de constituer un dossier de candidature à un emploi de la fonction publique, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'envoyer...
2. Vous vous êtes trompé en calculant le montant de ce que je vous dois. Rectifiez dans les plus brefs délais.
3. Cher Yvan, J'ai bien pris note de ta nouvelle adresse, et ne manquerai pas de venir te rendre visite dès que j'aurai l'occasion de passer par chez toi. Tu comprendras que j'habite trop loin pour venir te voir quand ça te fait plaisir.
4. Pour la dernière fois je vous demande de faire couper l'arbre qui endommage ma clôture. Ma patience est à bout et vous comprendrez que je suis prêt à prendre des mesures plus draconiennes si vous...
5. Vous remerciant à l'avance de la suite que vous donnerez à cette demande, je vous prie d'agréer, Monsieur l'Inspecteur, l'expression de ma considération respectueuse.
6. J'ai besoin du formulaire E111 pour pouvoir me faire rembourser les frais médicaux à l'étranger. Envoyez-le moi à l'adresse ci-dessus.
7. Après une lecture attentive de mon avis d'impôt, je me permets de contester le montant de la taxe attribuée à ma résidence principale.
8. Je vous demande donc la plus large compréhension et, dorénavant, je prendrai contact avec l'un de vos conseillers pour être sûr de ne plus commettre d'erreurs.
9. Je vous demande de bien vouloir supprimer mes coordonnées de vos fichiers dans les plus brefs délais, dans le cas contraire je me verrai dans l'obligation de prendre des mesures légales.
10. Tous les jours votre fils gare sa voiture devant la porte de mon garage. Mes nombreux avertissements n'ont eu aucun effet, je vous demande donc d'intervenir et de lui rappeler que jusqu'à présent nos relations de voisinage ont toujours été très cordiales.
11.
Votre chien est dégoûtant, je suis fatigué de le voir déambuler et faire ses besoins dans mon jardin. Je vous préviens que, si vous ne l'attachez pas, vous allez le regretter.
12. Nous venons d'apprendre votre nouvelle nomination et tenons à vous adresser nos sincères félicitations.
13. Mille mercis pour l'invitation à ton mariage. Pour rien au monde je ne manquerais un tel événement, tu sais mon amitié pour tes parents.

B. Choisissez un destinataire et un motif parmi ceux proposés ci-dessous.
Destinataires: votre idole, votre professeur de français, le président / premier ministre de votre pays
Motifs: faire une réclamation, demander des renseignements, vous excuser, dénoncer une injustice

STRATÉGIE
Vous devez toujours être attentif au destinataire, afin d'adapter au mieux le ton de votre écrit. En français, même si vous voulez exprimer votre mécontentement, la norme veut que l'on soit diplomate. D'où l'usage de formes lourdes mais qui sont de règle. Un bon conseil, apprenez par coeur certaines de ces formules.

Charades


Connaissez-vous les charades? En voici un exemple:

Mon premier est affiché à la vente (prix)
Mon second dirige la commune (maire)
Mon tout est une école pour les enfants (primaire)

À votre tour:

1. Mon premier est un transport en commun
On mange et on étudie sur mon second.
Mon tout est une sorte de valise qu'utilisent les écoliers.

2. Mon premier est une forme du verbe aller conjugué au présent de l'indicatif.
"Lorsque" est un synonyme de mon second.
Mon troisième est un adjectif démonstratif.
Mon tout est très apprécié des élèves et des professeurs.

3. Mon premier est certain.
Mon second est un pronom personnel.
Le crawl et la brasse sont des exemples de mon troisième.
Mon tout apparaît quand on travaille trop.

4. Mon premier est le contraire de "anti".
Mon second est au bas du dos.
Mon troisième dure 60 minutes.
Mon tout est une sorte d'enseignant.

5. Mon premier est l'un des cinq sens.
Mon second est la boisson préférée des Anglais.
Mon tout se mange entre 16 et 17 heures.


Audiolingua

Sur ce site, vous pourrez écouter des locuteurs francophones. Dans la partie RECHERCHE AVANCÉE, indiquez votre niveau (B2):
Audiolingua

Catalogue d'objets introuvables de Carelman












À vous maintenant d'imaginer un objet incroyable qui pourrait vous être utile!

Les expressions de nos jardins

Voici un site très intéressant pour (re)voir des expressions avec des fruits et légumes. Par la même occasion, vous reverrez le vocabulaire de ces fruits et légumes en images.
Les expressions de nos jardins


Repérer l'information

L'information peut parfois être modalisée: l'emploi d'un temps, d'un mode, ou d'un mot particulier peut suffire à nuancer le sens d'un titre.

Dans les extraits suivants, choisissez la phrase qui correspond le mieux au sens.

1. Quinze postes devraient être supprimés.
(a) L'annonce de la suppression des postes a été confirmée.
(b) La suppression de postes aura probablement lieu.
(c) Contrairement à ce qu'on pensait, les postes ne seront pas supprimés.

2. La sculpteuse Camille Claudel aura enfin son musée.
(a) On n'est pas sûr que ce musée existera.
(b) La sculpteuse sera la dernière à avoir son musée.
(c) Ce musée était très attendu.

Classer les informations relatives à l'actualité

Voici des titres d'informations relatives à l'actualité de la France. Pour chaque titre, soulignez les mots-clés, puis sélectionnez la rubrique dans laquelle vous le classeriez.

1. Le chef d'État hésite entre un référendum populaire et un référendum parlementaire.
2. D'après un chercheur français, le génome de la poule pourrait aider à comprendre celui de l'homme.
3. L'opéra Bastille lancera sa saison avec le Tristan de Wagner.
4. l'État français devrait céder 17,7% du capital d'Air France.
5. Ligue des champions: Monaco se qualifie.
6. Année du Brésil: tous les rendez-vous de la scène culturelle.
7. Bourse de Paris: le CAC 40 ouvre en baisse de 0,39% à 3760,34 points.
8. Découverte de cristaux d'eau à la surface du gros astéroïde Quaoar.
9. Interview du président du groupe nationaliste à l'Assemblée de Corse.
10. En Île-de-France, l'errance de plus en plus forte des enfants mal logés.
11. Longtemps oubliée, la sculpteuse Camille Claudel aura enfin son musée à Nogent-sur-Seine.

(a) politique
(b) société
(c) économie
(d) culture
(e) sciences
(f) santé
(g) sport

Exercices de compréhension orale



Exercice 1
Exercice 2
Exercice 3
Exercice 4
Exercice 5
Exercice 6
Exercice 7

Écrire une lettre - Exprimer son indignation et proposer des pistes d'action

Complétez cette lettre avec les mots suivants: ce scandale, indifférent, suggérer, dénoncer, ignorer, tolérer, se mobiliser, choqué(e), inacceptable, condamner, être persuadé(e), cette catastrophe.
N'oubliez pas de conjuguer les verbes et d'accorder les adjectifs!


Madame, Monsieur,

Je me permets de vous écrire suite au reportage que vous avez publié la semaine dernière. J'ai en effet été extrêmement ____________________(1) de constater la catastrophe écologique produite en toute impunité par la société mentionnée dans votre article. Le procédé employé par cette entreprise est absolument ____________________ (2) . Nous ne pouvons pas ____________________ (3) que cette entreprise mette à ce point en péril l'équilibre des écosystèmes et ____________________ (4) des régions entières pour les générations à venir.

Je ____________________ (5) de boycotter tous les produits provenant de cette entreprise. Il est en effet de la responsabilité de chaque citoyen de se renseigner sur l'origine des biens qu'il consomme.

Il faudrait en outre ____________________ (6) pour organiser des campagnes d'information et des manifestations qui ____________________ (7) ces pratiques auprès du grand public qui trop souvent ____________________ (8) les conséquences de tels agissements. Personne ne peut être ____________________ (9) à ____________________ (10) qui nous touche tous! Il faut par conséquent alerter l'opinion publique de ____________________ (11).

Enfin, chacun d'entre nous devrait écrire personnellement une lettre aux dirigeants de cette entreprise afin de bien leur montrer l'attention que nous portons à ce problème. Je ____________________ (12) qu'une action de grande ampleur permettrait d'influencer les décideurs politiques.

Écrire une lettre - Le rituel de politesse


À qui pourriez-vous écrire ces formules de politesse?


1. Veuillez agréer, Monsieur, mes respectueuses salutations.
2. Cordialement,
3. Je vous prie de croire, Monsieur, en l'expression de mes sentiments dévoués.
4. Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de ma plus haute considération.
5. Amicalement,
6. Amitiés,
7. Bien à vous,

(a) à un supérieur hiérarchique
(b) à un collègue de travail
(c) à un ami

Écrire une lettre - Le rituel de politesse


Quelle expression au début de la lettre convient le mieux à votre destinataire?


1. Si vous écrivez à une amie d'enfance qui s'appelle Valérie:
(a) Chère amie Valérie,
(b) Mon amie,
(c) Chère Valérie,
(d) Ma chère,

2. Si vous écrivez au directeur du lycée de vos enfants, monsieur Dupont:
(a) Cher Directeur,
(b) Monsieur,
(c) Monsieur le Directeur Dupont,
(d) Monsieur le Directeur,

3. Si vous écrivez à des collègues de travail:
(a) Très chers amis,
(b) Mesdames et Messieurs,
(c) Chers collègues.
(d) Collègues,

4. Si vous répondez à une annonce de madame Durand:
(a) Chère amie,
(b) Madame, Monsieur,
(c) Chère Madame Durand,
(d) Madame,

Je me suis baladé dans les rayons. Alors l’idée m’est venue de piquer. Pour m’excuser: il faudrait bien que j’y vienne un moment ou l’autre, autant avoir déjà la main. Ce n’est pas un complet mystère, nous avons pas mal chapardé tous ensemble, pour le principe et pour se faire plaisir. Mais toujours à plusieurs et jamais dans les grands magasins. Seul c’est différent. L’ennui c’est que je n’arrivais pas à trouver quoi voler. Rien ne m’intéressait vraiment. Il fallait tout de même que ça me soit utile. Je devais avoir besoin de plein de choses, puisque je n’avais rien. Eh bien, c’est bête; non. Ni besoin ni désir: étais-je donc comblé? Et puis il ne fallait tout de même pas que ça m’encombre… J’étais presque à renoncer, mais je me rendais bien compte que ne trouver rien était un peu une façon de me défiler, habilement.

Mon vieux, maintenant que tu as eu l’idée, tu ne sortiras pas de là les mains vides. C’est trop commode de jouer les ermites. En passant devant les mouchoirs, je découvris que je n’avais pas le mien. Il faut un mouchoir, non? Je pouvais avoir envie de me moucher. Du reste, l’envie m’en venait. Bon alors, tu en prends un. Tu as besoin d’un mouchoir, ils sont là, tout va bien. Personne ne s’occupait de moi, la fille du stand était après une bonne femme, me tournant le dos, si j’avais voulu attirer son attention j’y serais arrivé, une autre arrangeait des chaussettes, on se serait senti plutôt abandonné que surveillé. Je le pris, j’en fis une boule dans ma main et je poursuivis mon chemin la tête haute. Un peu plus loin je fourrai ma main dans ma poche. Le tire-jus était englouti. Au stand suivant je demandai à la femme où je pourrais trouver une courroie pour attacher mes livres, je les désignai, les deux mains visibles. Dans l’autre magasin. Je remerciai poliment et me dirigeai d’un pas ferme vers la sortie. Passé la porte les inspecteurs ne peuvent plus vous agrafer, vous pouvez leur dire que le truc est à vous depuis votre baptême, du moins à ce qu’on dit. Je marchai.


1. Où cette scène a-t-elle lieu?
(a) Dans un magasin
(b) Dans un gymnase
(c) À l’école
(d) Dans un aéroport

2. Quelle idée est venue à l’esprit du narrateur?
(a) De choisir quelque chose à acheter
(b) De se plonger dans le mystère
(c) De se mettre en forme
(d) De voler à l’étalage

3. Selon l’auteur, pour quelle raison fait-on ce genre d’activité?
(a) Simplement pour s’amuser
(b) Pour combattre l’ennui
(c) Pour frimer auprès des camarades
(d) Pour s’excuser

4. Quelle est l’expérience antérieure du narrateur?
(a) Il a souvent chapardé seul.
(b) Il a toujours piqué en groupe.
(c) Il a toujours trouvé que cette activité était ennuyeuse.
(d) Il n’avait pas encore éclairci le mystère.

5. Le narrateur voulait choisir un objet
(a) Qui était encombrant
(b) Dont il avait besoin
(c) Qui était bête
(d) Qui l’intéressait

6. Pourquoi le narrateur allait-il renoncer à son idée?
(a) Parce qu’il était seul
(b) Parce qu’il s’est rendu compte que c'était une erreur
(c) Parce qu’il n’était pas bien habile
(d) Parce qu’il ne trouvait rien

7. Dans le deuxième paragraphe, à qui s’adresse le narrateur?
(a) Au lecteur
(b) À un camarade
(c) À la police
(d) À lui-même

8. Pourquoi le narrateur a-t-il choisi un mouchoir?
(a) Parce qu’il n’en avait jamais eu un
(b) Parce qu’il pourrait s’en servir
(c) Parce que la fille du stand était occupée
(d) Parce qu’il se sentait abandonné

9. Comment le narrateur caractérise-t-il l’attention prêtée par les vendeuses?
(a) Elles le surveillent.
(b) Elles se tournent vers lui.
(c) Elles l’abandonnent.
(d) Leur attention est entièrement sur lui.

10. Qu’est-ce qui caractérise ce passage?
(a) Le dialogue
(b) Les sentiments du narrateur
(c) La peur dont souffre le narrateur
(d) Le besoin d’un jeune homme pauvre

Thérèse Raquin de Zola

A sept heures, Mme Raquin allumait le feu, mettait la lampe au milieu de la table, posait un jeu de dominos à côté, essuyait le service à thé qui se trouvait sur le buffet. A huit heures précises, le vieux Michaud et Grivet se rencontraient devant la boutique, venant l'un de la rue de Seine, l'autre de la rue Mazarine. Ils entraient, et toute la famille montait au premier étage. On s'asseyait autour de la table, on attendait Olivier Michaud et sa femme, qui arrivaient toujours en retard. Quand la réunion se trouvait au complet, Mme Raquin versait le thé, Camille vidait la boîte de dominos sur la toile cirée, chacun s'enfonçait dans son jeu. On n'entendait plus que le cliquetis des dominos. Après chaque partie, les joueurs se querellaient pendant deux ou trois minutes, puis le silence retombait, morne, coupé de bruits secs.
Thérèse jouait avec une indifférence qui irritait Camille. Elle prenait sur elle François, le gros chat tigré que Mme Raquin avait apporté de Vernon, elle le caressait d'une main, tandis qu'elle posait les dominos de l'autre. Les soirées du jeudi étaient un supplice pour elle; souvent elle se plaignait d'un malaise, d'une forte migraine, afin de ne pas jouer, de rester là oisive, à moitié endormie. Un coude sur la table, la joue appuyée sur la paume de la main, elle regardait les invités de sa tante et de son mari, elle les voyait à travers une sorte de brouillard jaune et fumeux qui sortait de la lampe. Toutes ces têtes-là l'exaspéraient. Elle allait de l'une à l'autre avec des dégoûts profonds, des irritations sourdes. Le vieux Michaud étalait une face blafarde, tachée de plaques rouges, une de ces faces mortes de vieillard tombé en enfance; Grivet avait le masque étroit, les yeux ronds, les lèvres minces d'un crétin; Olivier, dont les os perçaient les joues, portait gravement sur un corps ridicule une tête roide et insignifiante; quant à Suzanne, la femme d'Olivier, elle était tout pâle, les yeux vagues, les lèvres blanches, le visage mou. Et Thérèse ne trouvait pas un homme, pas un être vivant parmi ces créatures grotesques et sinistres avec lesquelles elle était enfermée; parfois des hallucinations la prenaient, elle se croyait enfouie au fond d'un caveau, en compagnie de cadavres mécaniques, remuant la tête, agitant les jambes et les bras, lorsqu'on tirait des ficelles. L'air épais de la salle à manger l'étouffait; le silence frissonnant, les lueurs jaunâtres de la lampe la pénétraient d'un vague effroi, d'une angoisse inexprimable.


1. L'auteur décrit la visite des amis avec
(a) précision.
(b) anticipation.
(c) indifférence.
(d) charme.

2. Thérèse n'aimait pas les soirées du jeudi parce qu'elle
(a) avait souvent mal à la tête.
(b) trouvait la compagnie exaspérante.
(c) devait prendre le chat sur ses genoux.
(d) avait sommeil.

3. Dans le texte, on peut voir que Thérèse ne s'intéresse pas aux événements parce qu'elle
(a) y participe avec indifférence.
(b) s'endort.
(c) a des difficultés à dévisager les visiteurs.
(d) s'occupe du chat.

4. Qu'est-ce que l'on peut substituer à "tandis que" qui est en bleu dans le texte?
(a) aussitôt que
(b) bien que
(c) depuis que
(d) pendant que

5. Parfois, Thérèse voyait les invités comme
(a) des malades.
(b) trop absorbés dans le jeu.
(c) agités.
(d) des morts.

6. Quel est le but principal de ce passage?
(a) De donner une description objective des soirées du jeudi.
(b) De créer un monde de cauchemar.
(c) De fournir des détails sur les amis de Mme Raquin.
(d) D'expliquer l'état d'âme de Thérèse.

7. Quelle est l'attitude de Thérèse envers les invités?
(a) C'est une attitude d'indifférence.
(b) Elle montre un dégoût profond.
(c) Elle les accepte gravement.
(d) Ils lui offrent une perspective rafraîchissante.